jeudi 12 juillet 2012

Onda Eau de Parfum - Vero Profumo : Showtime !

Si l’inspiration initiale d’Angel se situe dans une fête foraine, rares sont les diverses évocations du monde du carnaval en parfumerie. Au diable la barbe à papa et autres joies de la poutine québécoise, l’idée du carnaval se fait avant tout par les symboles.



Le carnaval, la fête foraine ou l’univers du cirque est le monde de la déformation et de l’enfance. Ces deux thèmes se confondent et se répondent tour à tour dans une sorte de manège si fluide que tout semble naturel. Les traits sont déformés, comme l’illustrent le jeu des miroirs ou les yeux des clowns très géométriques (sous forme de traits voire d’étoiles). De plus, les contours de la bouche sont repeints et le nez se fait soit très voyant, soit il est complètement dissimulé. En un mot, cette déformation augmente les sens, et par conséquent les perceptions. Cette modification entraine dès lors un changement de comportement : ce qui auparavant était manifeste et ridicule fait désormais parti de la norme. Rayures, masques, formes géométriques simples : tous les éléments du carnaval et de la fête foraine sont ramenés à un divertissement que les plus jeunes vont vivre pleinement, et que les plus grands vont retrouver à coups de cris et d’expériences de déformation.

Beetlejuice

L’expérience d’Onda en extrait est déjà un grand huit olfactif en soi. Sûrement un jour j’aurais l’occasion d’en reparler ici ou ailleurs, mais c’est face à l’eau de parfum que je décide de faire chapeau bas aujourd’hui : une eau de parfum carnavalesque créée par l’incroyable Véro Kern !
Pour entamer cette fête masquée, deux écrans monochromatiques légèrement rugueux sont projetés au nez : un jaune dont on ne saurait dire s’il était éclatant au temps jadis ou s’il a conservé une pâleur maladive au fil des siècles ; un vert amer, pas criard mais presque, ce que nos amis les romains désignaient par « prasinus ». De ces deux tonalités majeures, le carnaval d’Onda en a fait un système de rayures harmonieux et enjoué, aux matières brutes et déformées, maîtrisé par une poigne de fer.

Onda
Eau de Parfum
Alors qu’au loin jouent des cuivres et des mélodies, on sent la bannière bariolée se mouvoir petit à petit, avec une beauté sans concept, touchant simplement et avec brio la corde de l’âge tendre. Le tout demeure dans une harmonie orchestrale. De la déformation des couleurs et des matières initiales nous arrivons à l’enfance, notamment en communiquant la joie du déguisement, ce déguisement carnavalesque permettant de fêter en quelque sorte une nouvelle facette cachée en nous.
Onda profite ainsi du tumulte de départ pour faire partir une petite procession de fruits, d’épices et de fleurs en tête d’une marche costumée. A vrai dire, Onda crée une nouvelle forme olfactive complétement déformée par rapport à la plupart des insipides jus du commerce si fades et si vulgaires, définissant ainsi une nouvelle norme. Les notes très sales du fond de l'eau de parfum deviennent magiques, sourdes comme des rires de clowns cruels, mais exaltants pour l'enfant amateur de sensations qui est en nous.

Et c'est d'ailleurs ce fond, ces ultimes notes, ces derniers gens du défilé qui donnent la complexité et la grandeur d'Onda. Ses dernières notes sont des sortes de fantômes de gens qui ne concernent que nous, que nous sommes les seuls à voir, qui nous racontent une histoire qui transformera seulement notre personne. En ce sens, l'amateur d'Onda - le perfumista - est le marginal qui voit ces fantômes qui défilent à la toute fin du carnaval orchestré par Véro Kern. Des fantômes qui ne font pas peur, non, mais des fantômes qui sont là pour réveiller ces histoires enfouies en nous et qui ont façonné notre enfance à travers des dessins et des gribouillis dans les cahiers. Les musiques festives des fêtes foraines et des manèges revivent à travers eux dans un éclat lumineux et intense, décuplant nos sens et notre manière de sentir, de penser.

Et face aux gens qui crieront "C'est quoi ce cirque ?", contentez-vous simplement de rigoler.
J.

23 commentaires:

  1. Me voilà rentrée de vacances et je découvre un billet sur Onda un de mes parfums préférés. Que demander de plus ?

    J'ai porté l'extrait il y a deux ans environ, et que dire : je me sentais comme face à un "grand" parfum, aussi bien audacieux que construit, et ce de manière nouvelle et d'une modernité non vulgaire.

    Malheureusement, je n'ai pas pu sentir l'eau de parfum, puisque j'avais le souvenir l'extrait ça ne me dérangeait pas mais je dois admettre que vous avez titillé ma curiosité ;-)

    V.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour V. ! J'espère que vous avez passé de belles vacances de perfumistas ;)

      J'avoue que dans mon cœur, et si mon compte en banque le permettrait, ce serait sur l'extrait que je jetterais mon dévolu, cependant, cette eau de parfum a vraiment de très belles qualités et a tendance à passer sous l'ombre de son aîné l'extrait. Je suis d'accord avec vous, Vero fait de grands parfums, et le petit nouveau qui arrivera en septembre (Mito) confirme une fois de plus son talent !

      Je vous encourage vivement à aller sentir cette eau de parfum (chez Jovoy ou chez Marie Antoinette à Paris) et tenez nous au courant ;)

      J.

      Supprimer
  2. Hello,

    Le carnaval évoque la vie, la mort et l'inconscient. De façon gore, il me fait penser à " ça " d'après Stephen King. De manière classique, c'est bien sûr l'inverse : vie, couleurs et aussi - c'est très vrai - déformations, transformations et effet de loupe très symboliques pour un enfant. Bien entendu grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr oui grincement de dents, bruxisme la nuit, il y a de quoi être énervée par l'indigence bordelaise en matière de parfumerie, Onda est introuvable ici, de même Mito ! Mais quand j'irai sur Paris je me souviendrai évidemment de votre bel article et j'irai à la découverte de ces parfums. J'avoue que le parfum qui m'obsède depuis un bon moment c'est Bijou Romantique, mais d'une obsession à l'autre il n'y a qu'un pas, surtout quand on va sur le site de Jovoy, véritable pousse au crime si j'ose dire !
    Bonne soirée, et " C'est quoi ce cirque " ! Si j'entendais ce genre de propos, j'en serais fort aise croyez- moi sur parole !
    Bonne soirée, et vive l'odorat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est loin du gentil petit clown du caniveau de Stephen King de "Ça" avec Onda. Plus dans le carnaval des transformations, de la vie et des couleurs comme vous dites. Un délire macabre et excentrique comme l'a confié Vero Kern !

      Je vous encourage vraiment dans la découverte des Vero Profumo, qui sont tous plus magnifiques les uns que les autres. Mais Mito n'est pas encore sorti, il sortira en septembre ;)

      Bijou Romantique, j'aime beaucoup comment il est fait et ce qu'il dégage. Après, j'avoue que j'apprécie peu le porter, comme la plupart des orientaux (en fait, dès qu'un parfum touche à un univers Guerlain et bien... Je préfère le Guerlain :P)

      J.

      Supprimer
  3. Hello,

    Le gentil petit clown de " ça " était quand même effrayant je trouve, " ça " en tout cas c'est bien traduit, on en revient à quelque chose qu'on ne peut pas nommer, à quelque chose d'enfoui et d'inconscient... Un " délire macabre et excentrique " on n'est pas si loin, c'est un parfum certainement passionnant, j'ai du mal avec le site de la créatrice par contre, à moins que je n'aie pas téléchargé les logiciels adéquats. J'espère les découvrir, il était question d'une promenade parfumée dans Paris sur au.parfum, seule ou accompagnée je la ferai ( peut être en laissant CB et chéquier à la maison lol, parce que là c'est pour ainsi dire au moins 1 parfum dans chaque enseigne ! ) et puisque vous mentionnez Guerlain alors là c'est un énorme craquage assuré ! Et oui, bien sûr il y a les parfums que je chéris depuis mes jeunes années, seulement voilà il y aussi le maquillage et tout l'univers Guerlain !
    Croyez-moi à mon retour, on me dira vraiment : mais c'est quoi ce cirque !
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était de l'ironie pour Ça ! Ce clown m'a toujours fait super peur !! Brrrr...

      Si vous faites une balade dans Paris, tenez moi au courant et dites moi quand : c'est avec plaisir que je vous accompagnerai !

      Dans ce cas : vive le cirque !

      J.

      Supprimer
  4. Hello,

    Merci beaucoup Jicky, bien sûr je serais ravie de vous avoir pour guide, ça va de soi !
    Dès que la forme sera de la partie, je m'accorderai donc une virée sur Paris !
    Vive le cirque, alors traduction bien peu littérale, mais réaliste : au Diable l'avarice, vive la majesté des Salons du Palais Royal, et bien sûr... le meilleur pour la fin : vive l'odorat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera avec plaisir !
      Tenez moi au courant ;)

      J.

      Supprimer
  5. Je n'y manquerai pas et si vous passez par Bordeaux, ce sera avec plaisir également, peut être assisterez vous de visu à l'éveil de "la Belle Endormie " ? lol je suis cruelle ( petit rire sardonique là ) car c'est une jolie ville, très bien restaurée et agréable à découvrir. Si vous venez accompagné, je vous donnerai bien sûr quelques adresses gourmandes qui sont pas mal du tout, il y a l'aspect gastronomique et le cadre, parfois superbe !
    Et.............. Ta dam...
    Ce matin même j'ai pu sentir Coco Noir ! Et bien si le flacon m'a plu et vraiment, le parfum m'a laissée très perplexe, ok je venais pour " L'Ombre dans l'Eau " mais tout de même, j'ai senti Coco Noir avant !
    Là ce n'est plus quel cirque mais un autre mot beaucoup plus vulgaire qui me vient à l'esprit. Ou bien je n'étais pas d'humeur à le sentir ce matin ? Pas prête ? Incommodée par une légère sinusite ? Ai- je placé la barre trop haut ou au contraire l'ai-je abordé avec certains préjugés ? Honnêtement je ne sais pas du tout. Il va être porté aux nues chez Sephora, j'aurai donc l'occasion de le tester à nouveau très bientôt. On verra bien !
    Bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais été à Bordeaux. Je ne connais pas du tout...

      Coco Noir j'ai été très déçu moi aussi. Une sorte de Coco Mademoiselle mixé à Allure Sensuelle. Sophie de My Blue Hour a bien trouvé le mot : calibré. Il est bien calibré pour plaire au plus grand nombre, au détriment du jus en lui même qui, s'il n'est pas foncièrement mauvais, est si peu original et si peu intéressant...

      Supprimer
  6. Hello,

    Je sais que vous ne connaissez pas encore Bordeaux, n'hésitez pas si vous venez un jour donc !

    Donc il ne s'agissait pas d'un problème de sinusite concernant Coco Noir... Les parfumages aggravent ce genre de choses surtout quand on refuse d'y remédier ! Ce matin, j'ai pris le magnifique L'Ombre dans l'Eau, keatsien je trouve, mais avant ( alors que je ne m'arrête quasiment jamais chez Douglas ) j'ai senti ce parfum dont tout le monde parle et là immense déception, il ne m'a strictement rien inspiré... Reste ce très beau flacon, épuré et élégant mais le jus lui même me semble d'une affligeante banalité. " Calibré " oui tout à fait, quel dommage mais par là même il devrait connaître un franc succès malgré son prix. Comme vous le dites justement, il n'est pas foncièrement mauvais, il est simplement décevant. Après le 19 Poudré, je pense que tous attendaient un beau parfum, peine perdue, c'est un hybride assez falot je suis bien d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous résumez avec brio tout ce que je pense ET du parfum ET de Chanel...

      Se dire que même récemment ils se tenaient avec Eau Première (du 5) ou Allure Homme Édition Blanche, là depuis deux trois ans, c'est le vide complet

      Supprimer
  7. Avec brio je ne sais pas ( mais merci, venant de vous ce n'est pas rien ), avec une certaine tristesse oui. Je me demande si Jacques Polge n'a pas fait son temps... C'est un peu dur peut être, mais je sens comme un essoufflement chez Chanel. C'est flagrant avec Coco Noir. Passer la main serait sans doute salutaire, c'est valable pour Dior ou Guerlain seulement là c'est LVMV qui semble museler les nez ! Chanel reste une marque indépendante et un autre nez pourrait donner une nouvelle empreinte aux parfums. Enfin c'est mon sentiment après la cuisante déception que j'ai essuyée ce matin. J'ai cru vraiment à un souci olfactif, j'ai cru rêver tout simplement.
    Je vais conclure par votre devise : vive l'odorat ! car la parfumerie est vaste et toujours inventive, c'est la destinée humaine d'imaginer de belles choses. Lorsque j'ai découvert Rose Noir, j'ai été bouleversée c'est un très beau parfum, évidemment à des années-lumière de Coco Noir, aucune commune mesure ! L'essentiel c'est qu'il y ait du Beau.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour parler de Polge, au même titre que Ellena d'ailleurs : la machine s'essouffle. J'aime vraiment moins ce qu'a fait Polge par rapport à Ellena, mais les deux sont limités désormais. Ils n'arrivent plus à se dépasser dans leurs idées et donc dans leurs parfums. Et les bruits courent qu'en effet ils sont en fin de parcours (d'aucuns affirment même que c'est Sheldrake qui formule presque intégralement chez Chanel !)

      Le Beau et les vibrations du Beau

      Supprimer
  8. Hello,

    J.C Ellena aussi vous paraît un peu faiblard ? Qu'entends-je là ! Honnêtement j'espère que non, il faut dire que je ne connais pas du tout ses dernières créations. Les Jardins me semblent un peu répétitifs, à part ça je trouve que c'est un magicien ! Vous avez des éléments que je n'ai pas, pour moi J.C Ellena représente souvent la perfection.
    Jacques Polge est nettement plus âgé, je ne sais pas si son fils reprendrait les rênes de Chanel ou s'il continuerait librement son chemin...
    Christopher Sheldrake a signé pour Lutens mais c'était différent, s'il formule chez Chanel là j'en reste sans voix !
    Bon après-midi, discussion passionnante comme toujours, certes l'onde de choc va mettre un moment à se dissiper ( pour l'info sur J.C Ellena ) lol bon, on en reparlera c'est certain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui JCE est fatigué ! Je ne dis pas que ce qu'il fait est nul, bien au contraire, c'est au dessus de pratiquement tout le mainstream actuel, mais oui, je pense que le petit père n'a plus grand chose à dire... Son dernier superbe lancement (hors Hermessences) c'est quoi ? l'eau de gentiane blanche je pense. Son Voyage c'est juste un p'tit best of Ellena, son dernier jardin est vraiment très très moyen, et même Santal Massoia est pas genialissime quoi.

      Il n'y a rien de confirmé mais JCE va encore faire quelques sorties chez Hermes (un grand féminin ?) puis je pense qu'après il sera temps de changer... En mal en bien je ne sais rien. Mais une chose est sûre, ce sera pas facile pour la descendante ;)

      Supprimer
  9. Hello,

    C'est bien dommage, mon admiration pour J.C Ellena reste sans bornes. Je sais que Céline Ellena a repris the Different Company, pour le reste je ne suis pas au courant, en effet ce ne sera vraiment pas facile...
    L'Ambre des Merveilles n'est pas encore sortie ici, j'ai hâte de découvrir ce nouvel opus....
    Beaucoup de parfums conceptuels viennent désormais des pays nordiques ou germaniques - j'ai vu ça tout récemment - de nouvelles marques voient le jour, pourquoi pas ? Dans le cas de Byredo, l'influence indienne doit très certainement jouer un rôle important, pour les Allemands c'est encore autre chose cette histoire de pyramide ( ? )
    J.C Ellena a signé des parfums d'envergure très jeune, sa carrière est jalonnée de parfums superbes alors que dire ? Il a beaucoup donné à la haute parfumerie ou à la parfumerie noble et j'ai tendance à dire que les grands nez sont irremplaçables au même titre que les peintres ou les écrivains. Certains souhaitent un " 8ème Art ", oui si les considérations mercantiles actuelles étaient mises de côté, malheureusement on est loin de cette utopie là ! J.C Ellena -comme d'autres - auraient pu représenter ce 8ème Art haut la main, c'est ce que je me dis souvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dénigre aucunement JCE que j'aime beaucoup et que j'admire dans sa manière de faire comprendre les choses.

      Pour les marques plus conceptuelles, mettons nous d'accord, Byredo n'est pas conceptuel. Ils ont un parfum qui relève du génie selon moi (M/Mink) le reste est relativement déjà vu voire médiocre pour certains.

      Humiecki & Graef (?) c'est un peu plus conceptuel certes, mais pour certains jus c'est pas abouti je dirais en ce sens qu'on ne peux pas "problématiser" le parfum comme on peut le faire avec le M/Mink. Selon moi, la modernité est plus à voir avec des marques comme Olfactive Studio, qui arrive à concilier une nouvelle niche plus accessible certes mais plus abstraite et plus moderne, ou encore certains jus de Duchaufour (Aèdes de Venustas, le dernier Séville à l'aube, etc)

      J.

      Supprimer
  10. Désolée, je parlais bien de cette marque allemande qui fait couler beaucoup d'encre ( pour le conceptuel ). Byredo, je n'en connais que Rose Noir et en effet je le trouve très beau. M/Mink n'est pas disponible ici, enfin je ne crois pas, j'ai bien regardé, là c'est incompréhensible si le parfum relève du génie ! Byredo est une marque intéressante, enfin je trouve ( flacon, présentation, l'ensemble ), quant à Olfactive Studio là c'est introuvable, du moins pour l'instant.
    Séville à l'Aube est extrêmement envoûtant et complexe, mais le porter ? Et bien pas maintenant ( en souhaitant qu'il ne reste pas en édition limitée, c'est étrange comme démarche vu la beauté du parfum, bon attendons ).
    Pour revenir à Rose Noir, vous ne l'aimez pas plus que ça ? Je le trouve épuré et délicat, bien sûr la rose est essentielle pour moi alors que beaucoup d'experts et de nez ne l'apprécient pas forcément ( trop galvaudée et réductrice sans doute ), la rose je l'aime autant dans Rose Splendide, que Drôle de Rose, Une Rose ou Rose Noir, Paris ou Chloé bref sans rose, il me serait impossible de vivre tout simplement. Le croiriez-vous si je vous disais qu'une personne de mon entourage sentait naturellement la rose... ? Tout le monde le remarquait, alors qu'elle portait un parfum classique/sport d'Estée Lauder. A l'inverse, certaines peaux ont une odeur, disons le mot, désagréable qu'aucun parfum ne parvient à masquer ou à couvrir, c'est valable dans les deux sens et je serais curieuse d'avoir l'explication scientifique de ce fait.
    Bonne soirée sur ce !


    P.S je me délecte de vos échantillons, tout ça promet des dépenses gargantuesques si je monte sur Paris lol !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai plus Rose Noire dans le nez, donc je préfère m'abstenir de tout commentaire plutôt que de parler de vagues impressions. Mais je n'aime pas trop la rose en parfumerie. Hormis Une Rose et Nahéma qui font partis de mes parfums favoris. M/Mink est très particulier à sentir, mais quand on fait abstraction de cette gêne et qu'on analyse sa construction, son propos, son insertion dans l'histoire de la parfumerie, on tient selon moi un chef d'œuvre (j'en ai parlé ici sur le blog en janvier dans un article que j'ai beaucoup aimé écrire).

      C'est un plaisir pour les échantillons ! Dites moi si vous avez besoin de quelque chose hein ! N'hésitez pas ! (je rentre de vacances à la fin du mois donc après je pourrais vous envoyer quelques échantillons comme les Olfactive Studio si vous voulez)

      J.

      Supprimer
  11. Hello,

    Merci encore, c'est vraiment très gentil de votre part mais n'oubliez pas que je suis censée venir sur Paris découvrir tous ces parfums avec un projet gargantuesque donc ( par là même irréaliste lol mais bon ! ). Oui je me souviens très bien de votre article sur M/Mink, il y avait quelque chose de lancinant dans votre critique, quant à ma réponse elle fut très nébuleuse comme souvent, à cette époque je n'avais jamais entendu parler de Byredo ! Je vais vous relire, et comme vous avez écrit beaucoup à 4 mains, j'ai donc beaucoup de lecture !
    Profitez-bien de vos vacances, merci encore à vous et bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque chose de lancinant... C'est intéressant !

      C'est toujours un plaisir en tout cas !
      Bon mois d'août à vous aussi ;)

      J.

      Supprimer
  12. Hello,

    Et rendez-vous pour une balade parfumée, c'est sympa visiblement. Quand ? Telle est la question... Je retiens cette jolie idée que vous mettez déjà en pratique - quelle chance d'être sur Paris ! - bref tout ça est passionnant. J'espère que cette idée se concrétisera pour moi !
    Bonne soirée à vous.

    RépondreSupprimer